:: CALENDRIER DE L'AVENT :: C'EST PAR ICI ! ::

Partagez | 
 

 [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Jeu 8 Déc - 18:46


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

Même de loin, Marcus perçut très distinctement les voix de Clarke et Abigail Griffin s'élever comme jamais et résonner sur les parois métalliques de l'Arche, tel un écho lointain mais pourtant bien présent. Davantage par respect que par couardise, Marcus avait fait le choix de ne pas assister à l'exécution de Jake, laissant les Griffins au triste sort qu'ils avaient eux-mêmes engendré dans leur volonté désespérée de mettre à jour des choses qui devaient à tout prix rester dans l'ombre. Il n'y avait, sur l'Arche, pas de juste milieu, pas de compromis, seulement la droiture et l'intransigeante justice qui n'épargnait personne ... pas même les privilégiés : Kane y prenait soin chaque jour qui passait, au grand damne de certain, et beaucoup en subissaient les amères conséquences. Jake Griffin faisait partie de ceux-là, et même si Kane n'avait pas été le seul à décider de son sort, le rôle qu'il avait joué dans cette histoire n'était pas négligeable. Marcus ne s'en cachait pas, et dans un sens, il était presque heureux d'utiliser le prétexte de la décence pour ne pas avoir à contempler de ses propres yeux les conséquences engendrées par ses convictions. Il regrettait que les choses en soient arrivées là, mais Jake ne lui avait pas laissé le choix, à lui ni à personne d'autre.

Mais les choses étaient loin d’être terminées, car Jake Griffin n’était pas le seul à figurer sur la liste des potentiels dangers qui menaçaient l’Arche. Dans la ligne de mire demeurait sa fille, Clarke, qui avait hérité de la ténacité de sa mère et de l’altruisme de son père ; deux caractéristiques fortes qui, combinées, ne devait pas être prises à la légère. Pragmatique, Marcus n’avait pas l’intention de faire cette erreur : il connaissait Jake et Abby et ne doutait pas un seul instant du chemin que prendrait désormais leur fille. Kane ne pouvait pas lui permettre d’emprunter ce chemin, sous peine de rendre inutile le sacrifice de son père, et rien n’était plus pénible que cette éventualité.


La route de Marcus croisa celle des Griffin au détour du couloir qui menait au sas de dérive. L’atmosphère était lourde et un calme mortuaire avait pris possession de la station, figeant les visages dans une expression de profonde tristesse. Kane ne s’en étonnait pas, bien sûr – comment les choses auraient-elles pu être différentes après ce qui venait de se passer ? – cependant, cela ne réfréna pas Marcus. Son regard croisa un instant celui de Thelonious, qui savait ce qui était sur le point de se produire aussi bien que lui. Accompagné par deux membres de la Garde, Marcus s’arrêta à quelques mètres du groupe, qui se stoppa à son tour face à cette rencontre inopinée … qui n’était, cependant, pas une surprise pour tout le monde.

Kane avait, dans sa façon de faire ses choix, quelque chose de terriblement maladroit. Là où beaucoup ne voyaient que de l'opportunisme ne résidait en réalité que la volonté de faire ce qui devait être fait. Marcus n'était pas vicieux, ni cruel, ni belliqueux, il avait simplement appris, avec le temps, à mettre de côté cette empathie qui les ralentissait tant : Marcus faisait ce qui devait être fait sans laisser ses émotions interférer son jugement. Mais cette capacité ô combien salvatrice était également son plus gros défaut et sa plus grande faiblesse, car il négligeait par conséquent toute l'importance du timing, de ces moments où il était moralement acceptable de faire les choses, et quand ça ne l'était pas.

En cela résidait tout le problème de Kane : il souhaitait agir pour le bien de tous mais s'y prenait terriblement mal.

Le moment qu'il avait choisi pour arrêter Clarke Griffin était donc terriblement mal choisit, mais y avait-il réellement moment plus propice ? c'était peu probable ... repousser l'échéance ne servait à rien, sans compter qu'ils n'avaient pas le luxe de se payer ce risque. Une dernière fois, le regard de Marcus croisa celui de Jaha, avant de rencontrer celui d'Abby, pour finalement se poser sur Clarke. Les mains croisées dans le dos, le Conseiller se dressa devant elle.

« — Clarke, je vais te demander de me suivre » déclara-t-il simplement « Maintenant »

Marcus ne s’imaginait pas une seule seconde s’en sortir aussi facilement, mais il se devait d’essayer. Qui sait, peut-être les Griffins auraient-elles un moment de lucidité … mais il n’y croyait pas trop. La mort de Jake allait considérablement entacher ses relations avec Abby et ce qu’il s’apprêtait à faire n’allait pas arranger les choses, mais Marcus se consolait dans l’idée qu’il agissait pour le bien commun et, plus important encore, pour le bien de Clarke et d’Abby. La mère et la fille étaient bien trop en colères pour s’en rendre compte, mais Marcus s’apprêtait tout simplement à sauver la vie de Clarke. En l’empêchant de faire n’importe quoi, Marcus lui évitait la dérive … il espérait simplement qu’Abby serait assez responsable pour ne pas faire les mêmes erreurs que son mari et sa fille. Il n’attendait pas d’elle qu’elle comprenne, seulement qu’elle l’accepte sans trop faire d’histoires … ce qui était loin d’être gagné, car déjà, Marcus sentait la tension monter d’un cran. Abby venait de perdre son mari, il ne doutait pas un seul instant qu’elle se battrait pour garder sa fille.



Citation :
Je considère qu’à ce moment-là, Abby sait que c’est Marcus qui a porté plainte contre Jake et que c’est "à cause de lui" qu’il est mort … donc la Team Griffin a le droit d’être très très fâchée contre Kane Razz

Bon, Clarke n'est pas encore en prison, mais au moins comme ça le RP est direct au bon endroit Laughing

_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Jeu 8 Déc - 23:40





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



Son regard n'arrivait pas à se fixer sur un point précis. Il fouillait le vide, essayant de percer cette réalité pour déceler le rêve. Les murs autour d'elle, elle les avait probablement construits. L'air qu'elle respirait n'était qu'une idée. Aucun ne passait par ses poumons. Et si elle regardait par un hublot, elle ne verrait probablement pas la planète bleue, son esprit en ayant créé une nouvelle. Ou peut-être qu'elle la verrait, avec précision, car tous les détails de ce qu'elle avait pu observer étaient ancrés dans son esprit et ne s'effaceraient jamais. C'était impossible. Elle avait capturé la planète avec son regard et conservait son image aussi clairement que la dernière fois qu'elle l'avait vue. Et il en allait de même pour lui. Jake Griffin venait d'être éjecté. Son père venait d'être avalé par l'obscurité. Il avait disparu. Ça ne pouvait être qu'un rêve. Cela ne se passait pas dans la réalité ?
N'est-ce pas ?
Abby Griffin tenait fermement sa fille contre elle. Clarke ne sentit pas ses jambes bouger. Abby les guidait toutes les deux. Elle était plus forte. Clarke était encore jeune. Clarke, qui pensait être prête à tout, qui pensait avoir vu des choses suffisamment dures pendant sa formation médicale, se retrouvait entourée des bras de sa mère. Clarke se sentait terriblement vulnérable. C'était à elle de prendre soin de sa mère, car Abby avait perdu son mari, l'homme de sa vie, c'était comme ça que ça fonctionnait, non ? Abby avait peut-être vécu un événement plus difficile. Ou elle n'avait encore rien vécu. Peut-être que Jake n'était pas son prince charmant après tout. Clarke pouffa de rire entre deux sanglots. Une idée idiote. Totalement stupide. Elle n'avait pas grandi dans un château. Ses parents n'étaient pas des rois. Elle n'était pas une princesse. Elle ne vivait pas dans un château. Car si c'était le cas, son père serait dehors à l'entendre. Elle pourrait aller le rejoindre et ils partiraient ensemble vers une nouvelle contrée. Loin d'ici. A explorer le monde que Clarke ne verrait jamais, quand bien même il la fascinait.

Mais non. Jake Griffin était bien mort. Ce n'était pas un rêve. Clarke s'en rendit compte à la douleur vive que les bras de sa mère lui infligeaient. Ils la serraient si fort qu'elle en garderait certainement des marques. Abby avait mal, elle aussi. Si Clarke n'avait pas déjà du mal avec ses propres sentiments, elle essaierait de déterminer le niveau de douleur de sa mère. Mais elle ne le pouvait pas, et elle supposa seulement que sa mère souffrait terriblement. Clarke reprenait conscience de ce qui l'entourait, et des maux éclatèrent dans la totalité de son corps. Toutes les douleurs en même temps. Maintenant, elle en était certaine, ce n'était pas un rêve. Un rêve ne faisait pas aussi mal. On se réveillait toujours au moment où la souffrance commençait à devenir physique, et ce par peur de souffrir. Clarke ne se réveillait pas. Ses poumons vides d'oxygène, elle asphyxiait. Elle se força à prendre une grande bouffée d'air, se pliant brusquement en deux sous la douleur vive qui venait de lui poignarder le torse. Elle réalisa. Des larmes dégoulinaient en désordre sur ses joues. Ses jambes tremblaient. Les bras de sa mère l'avaient lâchée.
Elle n'entendit plus rien. Même sa vue, brouillée par les larmes, lui faisait défaut.
Pourtant, elle se redressa. Debout, droite, les épaules détendues, les bras le long du corps. Elle releva le menton. Son regard se vidait peu à peu. Des larmes. De sa lueur. Son esprit allait s'éteindre. Oublier un moment. Attendre que la douleur quitte son apogée. Mais elle n'y parviendrait pas. Cette destination qu'elle voulait atteindre, jamais elle ne la verrait. La chute ne faisait que commencer, et Clarke n'avait encore aucune idée de sa durée, ni de l'endroit où elle atterirait.
Clarke. Clarke. C'était laid, prononcé par cette bouche. Pourquoi lui parlait-on ? Pourquoi devait-on lui rappeler qui elle était ? Qu'elle existait ? Qu'elle n'était pas simplement une chose sans importance.
Et elle hurlait intérieurement. Le sort semblait s'acharner contre elle. Non, pas le sort. Eux. Ceux qui avaient pris son père. Tué. Ils l'avaient tué. Et cet homme qui osait l'interpeller ainsi devait en faire partie. Personne n'aurait demandé une telle chose à une personne en deuil. Mais l'homme osait. Clarke ne voyait pas clairement, des larmes encore aux bords de ses yeux, mais elle pouvait distinguer une silhouette familière. Et l'uniforme. Ce maudit uniforme que portaient les hommes qui avaient emmené son père ! Ils l'avaient conduit à la mort !
La fureur montait. La respiration haletante, Clarke fulminait et naissait en elle la crainte de devenir ce qu'elle n'était pas : une bête féroce, celle des histoires, prête à sauter sur la première proie venue. Mais même ça, elle ne le pourrait pas. Ses jambes se déroberaient bientôt sous son poids. Elle avait la rage, mais elle n'avait pas la force. Elle n'attaquerait pas cet homme. Non. Elle ne lui sauterait pas dessus. Elle n'eut pas le temps de se convaincre de ne rien faire. Sa raison était quelque part avec son père. Alors elle agit, sans réfléchir.
Elle fit un pas vers lui et lui cracha au visage avant de hurler :
- MON PERE NE VOUS SUFFIT PAS ? VOUS VOULEZ TOUTE LA FAMILLE ?!
On l'attrapa pour la calmer. C'était déjà trop tard. Autant pour la sauver, que pour la calmer. Seule une drogue pourrait la faire taire. Mais en attendant, elle laissait sa colère s'exprimer.
- ALLEZ-Y ! PRENEZ-MOI ! EJECTEZ-MOI AUSSI ! Vous ne savez faire que ça... termina-t-elle sur un ton désespéré.
Elle devait se ressaisir pour faire face à ce qui se passerait. Il le faudrait bien. Son désespoir étouffait la colère. Dans un moment, peut-être sera-t-elle capable de penser un peu plus clairement.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Ven 9 Déc - 17:51


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

Pendant un instant, Kane resta silencieux et immobile. La réaction de Clarke n'avait rien d'étonnante et Marcus n'en attendait pas moins de sa part ... cependant, et malgré l'aspect plus que justifié de ses actes, Marcus fut déconcerté de la voir agir ainsi, sans une seule once de retenue. L'amertume qui s'était emparée de son coeur avait pris le dessus sur la raison, lui faisait faire des choses qu'elle aurait - peut-être - regretté en d'autres circonstances, mais qui lui paraissaient juste et équitable en cet instant présent. Kane ne pouvait pas la blâmer pour cela, car après tout, il le méritait ... et c'était bien pour ça qu'il lui pardonnait cette offense. Elle était jeune et fougueuse, Marcus pouvait bien lui permettre quelques faux pas.

A peine eut elle craché son venin que les gardes s'emparèrent d'elle comme une vulgaire criminelle, l'empoignant sans douceur ni ménagement ... mais le Conseiller, malgré ce qui venait de se passer, ne perdait pas encore espoir de faire les choses dans un calme relatif. D'un signe de main, il ordonna aux gardes de s'arrêter.

« — C'est bon, laissez-lui une chance » déclara-t-il simplement.

Bien que surpris, les gardes relâchèrent alors l'emprise qu'ils avaient sur la jeune fille. Tous les visages et toutes les attentions étaient désormais tournées vers eux. D'un revers de manche, Kane s'essuya le visage, avant de finalement faire de nouveau face à Clarke. Il entendait ses paroles et plus encore sa douleur, mais que pouvait-il y faire ? rien du tout. Ce que vivait Clarke, d'autre l'avaient vécu avant elle, et d'autres le vivraient encore. Telle était les lois de l'Arche.

« — Calme-toi, Clarke » lui demanda Kane « Ne nous oblige pas à utiliser la force »

Mais entre elle et lui s'interposa soudainement Abby, qui fusilla farouchement le Conseiller du regard. Aucun mot ne parvint à sortir de sa bouche, mais dans ses yeux semblaient brûler toute la colère et tout le mépris du monde. Marcus avait beau s'y attendre, il en fut saisis l'espace d'un instant. Les souffrances que ses convictions l'obligeaient à infliger à Abigail Griffin le tourmentaient, mais il les savait nécessaires autant que salutaires. Kane savait ce qu'il faisait et n'ignorait pas combien les blessures dont il était l'auteur étaient profondes et douloureuses, mais tel était, ironiquement, le prix de la vie, ou du moins la survie. Après quelques secondes d'hésitation, Kane se décida à faire face à Abby. Il planta son regard dans le sien, déterminé à faire ce pour quoi il était venu.

« — Écarte-toi, Abby » déclara Kane. Il ne pouvait pas la laisser se mettre en travers de son chemin. Protéger sa fille était son instinct le plus primaire et il ne pouvait pas lui en vouloir pour cela, mais il ne pouvait pas non plus la laisser dicter sa loi comme si de rien n’était. A sa manière, Marcus protégeait Clarke lui aussi, Abby était simplement trop occupée à le détester pour s’en rendre compte « Un jour, tu me remercieras »

Kane ne lui laissa pas le temps de répondre quoi que ce soit. Cette fois, il s‘adressa à Clarke, qu’Abby gardait toujours jalousement derrière-elle. Le regard du Conseiller se fraya un chemin jusqu’à la jeune fille.

« — Clarke, s’il te plait » Le Chef de la Garde n’avait pas l’intention de la supplier, mais il espérait sincèrement la voir coopérer : la situation était suffisamment tragique comme ça, fallait-il réellement en rajouter ? Kane fit une courte pause, avant de finalement ajouter à l’intention de la mère et la fille.

« — Dernier avertissement » prévint-il.

Marcus ne voulait pas en arriver là, mais il y était préparé.


_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Ven 9 Déc - 23:02





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



Ce manque de réaction ne pouvait qu'agacer d'autant plus Clarke. Elle venait de lui cracher au visage ! C'était un acte répugnant. Une haine visqueuse. N'importe qui s'énerverait. N'importe qui s'en prendrait à elle. N'importe qui voudrait se venger. Mais pas lui. Cet homme préférait ne pas réagir et la scruter. La sonder. Elle, son visage dégoulinant de larmes, la douleur dans son regard, et elle était certaine qu'il entendait même les hurlements dans son esprit. Elle était nue, quand bien même elle portait des vêtements. Et on lui demandait de se calmer alors qu'on faisait tout pour la briser. En réalité, Clarke avait plus l'impression d'être émiettée. On s'amusait à regarder les petits morceaux d'elle tomber lentement au sol. Elle devenait de plus en plus petite, et bientôt ne serait plus rien. Elle n'avait même pas eu le temps de devenir quelqu'un qu'on la faisait déjà disparaître. Les Griffin allaient s'éteindre bientôt, car il n'y avait plus grand chose à brûler. Clarke ne ressentait plus aucune chaleur. Tout était froid. Sa peau craquerait certainement quand ses larmes sèches colleraient à son visage. En fait, elle était convaincue qu'elle se désintègrerait d'elle-même, et que personne ne pouvait la détruire, puisqu'elle était déjà en pleine destruction.

Alors ces paroles inutiles, cette interposition de sa mère, l'adresse personnelle que l'homme lui faisait, tout ça semblait futile. C'était fini de toute façon. Elle n'irait pas à l'encontre de ce fait. Pour l'instant, elle avait trop mal. Rien n'avait d'importance. Sa mère, peut-être, était une exception. Clarke ne voulait pas la blesser. Elle ne voulait pas qu'il lui soit fait du mal. Il était donc judicieux d'obéir, puisque Clarke n'avait de toute manière plus rien d'autre à perdre que sa mère. Agir en la faveur de cette dernière était son seul but. Si on pouvait encore appeler ça un but. Clarke n'avait plus aucun but. Elle ne parvenait pas à voir un chemin, alors en voir le bout était impossible. Elle se redressa alors que les bras qui la maintenaient la lâchèrent. Comme si se montrer conciliante avec elle était ce qui l'avait fait changer d'avis. Aucune gentillesse – montrée de quelque façon – ne changerait son opinion sur la situation et le chef de la sécurité qu'elle pouvait désormais voir un peu plus clairement. Elle passa le dos de sa main sur chaque œil pour éclaircir un peu plus sa vue. Elle voulait le scruter à son tour. Lui faire face. Puisqu'il ne comptait pas lui tourner le dos pour lui donner ne serait-ce qu'un instant de deuil.

- Je vous suis, déclara-t-elle sans émotion distincte. Ne touchez pas à ma mère, ajouta-t-elle, et je vous conseille d'éviter de poser ne serait-ce qu'un doigt sur moi.

Etait-elle au moins crédible ? Dans cette situation, elle paraissait certainement faible, et pire encore, totalement stupide. Mais encore une fois, son image n'importait plus. On avait décidé de réécrire son histoire, effacer le chemin tracé depuis le début de son existence, pour y gribouiller des mots et les raturer ensuite. Quitte à faire ça, autant chiffonner la feuille et la jeter, non ? Clarke rit. Un rire ambigu, car on ne pouvait dire si elle était amusée ou terrassée par la situation. Un peu des deux, selon elle, car elle avait encore du mal à croire que ce qui se passait était réel. Son esprit réfutait sans cesse l'idée.
Elle releva la tête, perdant tout sourire, et reprit une fausse contenance pour déclarer :
- Allons-y.
Elle ne jeta plus un seul regard à sa mère de peur de ne pouvoir tenir parole. Elle ignora l'instigateur de cette situation vicieuse de peur de ne pouvoir retenir sa haine.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Dim 11 Déc - 0:30


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

La reddition de Clarke sonna comme une victoire aux oreilles de Kane. Marcus ne se réjouissait pas de sa soumission et encore moins de son humiliation, non, il se réjouissait uniquement d’être parvenu à trouver une issue diplomatique à cette situation qui, à l’origine, ne laissait rien présager de bon. Il se réjouissait d’être parvenu à obtenir de Clarke ce qu’il souhaitait et voyait en cela un espoir d’arranger, peut-être, les choses à venir. Marcus n’avait pas le narcissisme de croire qu’il était le seul responsable de cette issue : sans Clarke, rien n’aurait été possible, car au final, c’était à elle que les choix revenaient ; ces choix, que Marcus ne pouvait pas faire à sa place. Il pouvait tenter de lui rendre la tâche moins dure, ou du moins moins pénible, mais à la fin, elle seule était en mesure de décider.

Sans attendre, Marcus s’écarta pour laisser passer la jeune fille. D’un signe de main, il indiqua aux deux gardes qui l’avaient suivi jusqu’à présent de partir devant. Ils n’avaient pas besoin de Kane pour savoir où aller.

« — Accompagnez-là » ordonna-t-il simplement.

Battre le fer tant qu’il était encore chaud, tel était, peut-être, le secret pour arranger les choses … rien n’était moins sûr, certes, mais bien qu’infime, Kane avait encore un espoir. Il aurait espéré également qu’Abby suive l’exemple de sa fille, mais c’était là trop demander. Les propos acerbes que Marcus et Abby s’échangèrent n’avaient rien de glorieux. Patient, Marcus les encaissa sans riposter … Kane savait qu’il avait raison, et au fond d’elle-même, Abby le savait aussi, mais l’acceptait-elle ? Bien sûr que non, car il était plus simple de haïr que de s’en vouloir.

Blessé comme jamais, Abby mit brutalement un terme à la discussion. La gifle dont elle gratifia Marcus claqua et résonna dans l’habitacle, et s’en suivit un long instant de silence presque pesant. Comme il l’avait fait pour Clarke, Marcus resta de marbre, tandis qu’Abby disparaissait déjà dans les confins de la Station. Il leva un instant les yeux vers Thelonious, avant de finalement emboiter le pas à Clarke et aux deux gardes, qui avaient déjà pris une certaine avance. Le plus dur restait encore à faire, et Kane le savait.


Clarke fut conduite jusqu’à la Station Prison et installée dans l’une des nombreuses cellules qui composaient le lieu. Kane ne l’y rejoignit que quelque temps après et apporta avec lui deux chaises, qu’il installa au milieu de la pièce. Sans attendre, il ordonna aux deux gardes de quitter la cellule et de fermer la porte. Les deux hommes s’exécutèrent et la porte claqua légèrement en se verrouillant. Kane se retrouva alors seul avec Clarke et tira l’une des chaises jusqu’à lui avant de s’y assoir. Il ignorait encore si Clarke saisissait toute l’ampleur de la situation.

« — Je suis désolé pour ton père, Clarke » affirma Kane « Il ne nous a pas laissé le choix »

Clarke avait beau le haïr, elle ne pouvait pas, en cet instant présent, ne pas percevoir la sincérité qui se discernerait dans la voix de Kane. Elle s’en fichait peut-être – et elle aurait eu raison, car cela ne réparait pas les torts causés – et pouvait faire le choix de ne pas en tenir compte, mais elle ne pouvait pas le nier.

« — J’espère que toi, tu le feras » ajouta le Conseiller.

C’était là que se jouait son destin. En avait-elle simplement conscience ? Marcus n’allait pas tarder à le savoir. Kane s’enfonça un peu plus dans sa chaise et posa son dos contre le dossier. Les bras croisés, il regarda Clarke d’un air grave.

« — Il faut que je sache si tu comptes faire les mêmes erreurs que ton père » déclara-t-il simplement.

Il était franc avec elle, et il espérait bien qu’elle ferait de même.


_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Lun 12 Déc - 21:39





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



Clarke ne pensa à rien jusqu'à la fermeture de la porte de sa cellule. Elle était enfin seule, mais pas pour longtemps. Elle n'était pas encore prête à tout lâcher, quand bien même il lui était extrêmement difficile de retenir sa hargne. Elle se laissa tomber sur le sol, n'ayant pas la force de rejoindre le lit. Elle retint toute formation de pensée. Il fallait qu'elle efface ses souvenirs. C'était le seul moyen de ne plus avoir mal.
C'était impossible. Elle le savait. Elle devrait apprendre à vivre avec les événements de cette journée. Avec l'image de son père disparaissant dans l'obscurité. Elle fixa longuement le mur gris. Un fond uniforme. Aucun dessin ni signe pour la distraire. Elle pouvait rester concentrée sur le « rien » qu'elle s'entêtait à s'infliger.
Le temps lui revenait et semblait terriblement long. Serait-ce sa vie désormais ? Attendre. Chaque seconde s'écrasant lourdement sur elle. Serait-ce ce qu'elle ressentirait à présent ? La douleur. Et uniquement la douleur. Plus la joie ressentie lors de ses soirées avec ses parents et les Jaha. Plus l'amour que lui montraient son père et sa mère. Plus la satisfaction de réussir quoi que ce soit, puisqu'elle avait tout raté. Et maintenant, elle était emprisonnée au même titre que des dizaines de jeunes dédaigneux, qui lui apparaissaient maintenant comme dédaignés. Car elle avait compris, inconsciemment, dès que les portes extérieures s'étaient ouvertes pour libérer son père du vaisseau. Elle n'avait jamais pensé en arriver là. Elle avait toujours eu un futur prédéfini. Plus maintenant.

La porte s'ouvrit, suivant le bruit de métal grinçant sur le sol. Clarke ne réagit pas. Elle n'avait pas besoin de regarder pour savoir qui était entré dans la pièce pour venir s'asseoir et l'observer patiemment. Comme s'il n'en avait pas assez fait. Comme s'il ne lui avait pas fait assez de mal. Il serait trop heureux de voir Clarke souffrir, de remarquer au combien ses actions avaient eu leur effet sur la jeune Griffin. Clarke ne lui laisserait pas cette fierté. Il ne verrait pas plus que ce qui s'était produit dans le couloir. Elle se leva telle une machine et, le regard vide, vint s'asseoir sur la chaise en face de l'homme. Elle planta son regard vide dans le sien. Son regard, elle n'était pas sûre de pouvoir le remplir à nouveau. Encore moins quand on lui rappelait l'exécution de son père. Comment pouvait-elle croire ces paroles quand il ne cessait de remuer le couteau dans la plaie? De la faire souffrir.
Le mot « choix » grinça au creux de ses oreilles, et Clarke dut prendre sur elle pour ne pas se jeter férocement sur son interlocuteur.

- Il y a toujours le choix. Vous avez choisi de le tuer.

Elle ne le quitta pas des yeux. Pourtant elle le regardait sans le voir. Ne rien ressentir. Ça fait trop mal. Ne rien ressentir. Cela devenait de plus en plus dur. Clarke était encore jeune, endurer tout cela était une véritable torture. Mais elle devait être forte. Son père l'aurait souhaité. Il le lui avait dit. Sa mère l'espérait certainement. Alors elle ne cilla pas quand les actions de son père furent qualifiées d'erreurs. La seule erreur, vous l'avez commise, pensa-t-elle, en se promettant de ne pas le dire. Il lui fallait choisir ses mots soigneusement. La colère ne la mènerait à rien.

- Allez-vous me prévenir quand vous déciderez de m’éjecter ? Ou allez-vous me laisser dans l'ignorance au même titre que la population de l'Arche ?

Elle avait demandé cela calmement. Sans le quitter des yeux. Jamais. Ni par fierté, ni par désir de gagner ce débat nébuleux. Une part d'elle voulait des réponses et considérait en avoir le droit, une autre se fichait totalement de ce qui se passait.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Mar 13 Déc - 18:25


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

Assit sur sa chaise, Marcus observa Clarke avec une attention toute particulière. Kane n'arrivait pas à déterminer de qui Clarke tenait le plus ... son père ? Sa mère ? Marcus avait connu les deux à sa manière et même malgré cela, la réponse demeurait vague, incertaine, floue. En réalité, Clarke Griffin était l'alchimie parfaite de ses deux parents : elle avait hérité de leurs qualités, ou du moins d'une partie, et avait pris de l'un et de l'autre des traits de personnalité tout à fait singuliers, que Kane reconnaissait. Elle avait l'entêtement d'Abby et l'altruisme de Jake ... espérait-il réellement la faire changer d'avis ? Marcus n'y croyait pas vraiment, mais il se devait d'essayer. Il se devait de lui donner une chance, de lui donner le choix.

Ils avaient tué Jake, oui, et Kane plus personnellement que les autres, mais avaient-ils vraiment eu le choix ? Pas vraiment. Pouvait-il le faire comprendre à Clarke ? Bien sûr que non. Elle n'était pas bête pourtant, mais Marcus le savait, elle n'était pas encore en mesure de comprendre la nécessité de leurs actions. Elle était encore trop jeune, trop fraiche, trop verte. Marcus le lui pardonnait. Il n'attendait pas d'elle qu'elle approuve ni qu'elle comprenne, seulement qu'elle écoute plutôt que d'entendre.

« — C'est vrai » répondit simplement Kane « Nous avons choisi de l'exécuter parce que lui aussi avait fait un choix » affirma le Conseiller « Et ce choix, toi aussi tu l'as. Tu peux refuser de te taire et finir à la dérive, ou tu peux accepter de nous laisser du temps et promettre de ne rien dire »

Et c'était vrai ... c'était bien pour cela qu'ils étaient là. Marcus avait bien l'intention de la mener à faire le bon choix, mais il ne pouvait pas le faire à sa place. Par la suite, Clarke lui posa deux questions auxquelles Marcus fit le choix de ne pas répondre. Il y aurait volontiers répondu si les réponses avaient mené à quelque chose, mais Kane le savait, elles ne menaient à rien. Pire, elles auraient renforcé Clarke dans son idée, alors qu'il voulait justement la mener à penser différemment. Kane resta un moment silencieux, cherchant un point d'appuis pour guider les pensées de la jeune fille. Avant de la condamner, il voulait être sûr qu'elle savait ce qu'elle faisait. Abby avait fait le bon choix, pourquoi sa fille ne pourrait-elle pas le faire elle aussi ? Le seul véritable ennemi de Clarke résidait dans son coeur : pour se sauver, elle n'avait qu'à renoncer à la loyauté qu'elle avait pour son père. C'était facile à dire, bien sûr, mais c'était bel et bien la seule chose qui la menaçait.

Finalement, la voix de Kane s'éleva enfin.

« — Clarke, est-ce que tu as déjà tenté d'imaginer ce qui se passerait si les gens apprenaient la vérité ? » demanda-t-il.

Marcus espérait lui démontrer que son père avait eu tort, non pas pour le salir, mais bien pour la sauver. Si Clarke Griffin s'obstinait à vouloir dévoiler la vérité, Kane serait forcé de la laisser dans cette boîte jusqu'à sa majorité ... et si, malgré le temps, son avis ne changeait pas, son destin suivrait le même exemple que Jake. Marcus ne pouvait se résoudre à laisser une telle chose se produire sans ne rien faire, mais il ne pouvait pas forcer les choses. Clarke était maître de son destin et il ne pouvait pas l'empêcher de mourir pour ses convictions.


_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Mer 14 Déc - 20:44





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



On ne cessait de lui rappeler que tout était une question de choix alors que son père avait été éjecté car, justement, on ne pouvait laisser le choix à la population de l'Arche. On leur refusait la vérité, en présumant leur réaction. Ce n'était pas avoir le choix. De la même façon, Clarke ne l'avait pas non plus. Si elle avait eu le choix, elle n'aurait jamais atterri en cellule. Son père ne serait jamais mort. S'ils avaient eu le choix, ils ne se seraient jamais retrouvés sur l'Arche en premier lieu. C'était ça, avoir le choix. Ce que faisait le Conseil n'était rien d'autre que décider qui vivait et qui mourait sous le prétexte de la survie humaine. Mais à tuer toujours plus de monde, on annihilait l'humanité.
Ce que proposait Marcus n'était pas réellement un choix. C'était un piège. Dans un cas, elle mourait. Dans l'autre, elle tuait des gens. Son père l'avait dit lui-même : l'Arche mourait. Personne ne pouvait régler ce problème. Et même si quelqu'un le pouvait, Clarke ne pouvait lui faire confiance. Leur faire confiance. Comment leur faire confiance quand ils avaient tué celui qui avait découvert le problème en premier lieu ?
Que le problème puisse être réglé ou non, ils n'y parviendraient jamais à temps. Ils pourraient peut-être s'obtenir plus de temps pour eux au détriment de centaines d'autres personnes. Et cela, Clarke était contre. Elle ne pouvait pas les laisser mourir. La mort de son père était déjà de trop.
Alors, quand il posa cette question, quand il demanda sans réel souci l'avis de Clarke, une tempête fit rage dans l'esprit de cette dernière. Elle n'avait pas à réfléchir. La population avait le droit de savoir. Tout le monde devait pouvoir connaître la vérité. Pourtant, elle réfléchit quand même. Elle n'avait pas à se demander ce que son interlocuteur pensait. C'était clair. Il voulait la convaincre que la vérité menait à l'anarchie. Clarke ne pensait pas ainsi. Certes l'information était effrayante. La peur de la mort avait souvent tendance à faire faire aux hommes des actions sérieuses irréversibles, mais ici, sur l'Arche, c'était différent. Qui réagirait avec colère et violence alors que cela ne les ferait mourir que plus vite ? Clarke croyait au fait que chacun saurait réfléchir sur cette information. Avoir le choix pour faire le bon. Non, il n'y aurait pas d'anarchie. Au contraire, Clarke voulait voir le bien en chacun. Tous ensemble, on était plus fort.

Le Conseil, seul, avait commis plus d'une action inexcusable. C'était peut-être ça le défaut principal de ce régime. Les citoyens de l'Arche avaient voté pour être dirigé par un homme mais était en réalité soumis à un groupe de personnes égoïstes. Ils ne voulaient pas le bien du peuple. Ils voulaient le leur. Rester en vie. Vivre confortablement. Peu importait combien de vies cela leur coûtait. Peu importait si leurs mains baignaient dans le sang.

- On pourrait trouver une solution, ensemble. On pourrait se montrer solidaires. Vous n'y avez jamais pensé, n'est-ce pas ? Vous vous aveuglez à voir le mal partout, il serait peut-être temps d'ouvrir les yeux.

Clarke ne changerait pas d'avis sur la question. Elle refusait de voir le mal en des personnes qui n'avaient rien fait d'autre que de vivre sur l'Arche. Pour l'instant, seul le Conseil était mauvais. Ce conseil dont sa mère faisait partie. Qu'adviendrait-il d'elle ? Clarke ne pouvait pas perdre sa mère. Elle ne le supporterait pas. Son cœur la faisait déjà assez souffrir avec la perte de son père. Mais sa mère ? Elle n'aurait plus personne. Plus de futur. Plus de famille. Plus aucun intérêt à voler l'oxygène de l'Arche alors que celui-ci commencerait bientôt à manquer.
Combien de temps avant cela ? Quelques années ? Quelques mois ? Pas assez longtemps pour pouvoir retourner sur Terre en tout cas.

- Je ne dirai rien. Vous allez me laisser ici de toute façon. Revenez dans un an et dites-moi où vous en êtes dans la résolution de notre problème.
Notre problème, car tout le monde sur l'Arche était concerné. Clarke risquait peut-être de s'attirer les défaveurs du Conseil avec son comportement, mais cela n'importait pas pour le moment. Elle s'inquiéterait plus tard, quand elle aurait moins mal. Si elle ne mourait pas maintenant, elle mourrait à dix-huit ans. C'était de cette façon qu'elle voyait son futur désormais : cerné par la souffrance et la mort.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Sam 17 Déc - 20:30


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

Kane s'était attendu à la réponse de Clarke. Bien sûr qu'elle voyait les choses de cette manière : elle était la fille d'Abigail et de Jake Griffin, comment aurait-il pu en être autrement ? Marcus voyait peut-être le mal partout, mais les Griffins, eux, ne le voyaient nulle part. Ils étaient persuadés du bien-fondé de cette humanité qu'ils tentaient tous de sauver, mais comment pouvaient-ils penser ainsi face aux enseignements de la vie et de l'Histoire ? Non, le risque était trop grand et les conséquences trop importantes. Ils ne pouvaient pas laisser le hasard décider pour eux.

« — Oui, les gens pourraient se montrer solidaires » concéda Marcus « Ou bien ils pourraient se monter les uns contre les autres et s'entretuer, en emportant avec eux ce qui reste de l'humanité » expliqua le Conseiller « C'est un risque que nous ne pouvons pas nous permettre de prendre » affirma-t-il.

Mais Kane était plus prudent que pessimiste. Quand bien même était-il personnellement convaincu de ce qu'il disait, son choix aurait été le même s'il ne l'avait pas été ... car Marcus était pragmatique. Il préférait les choses concrètes aux peut-être. Cacher la vérité aux gens de l'Arche, s'était s'assurer le maintien de l'ordre. Et puis, d'un point de vue éthique, ils ne leur mentaient pas s'ils ne leur disaient rien ...

Clarke avait dû s'attendre, elle aussi, à cette réponse de la part de Kane. Rares étaient ceux à comprendre son raisonnement, mais tout le monde savait comment Kane pensait. Clarke mieux que quiconque le savait : son père venait d'être exécuté à cause de lui et de ses convictions. En réaction à ses dernières paroles, Marcus - jusqu'alors assit au fond de sa chaise - se pencha vers l'avant et joignit ses deux mains, posant ses coudes sur ses genoux. Il ne quitta pas Clarke des yeux. Il cherchait dans son regard une chose sur laquelle se rattacher, mais il n'y trouvait rien d'autre qu'une rancune tenace couplée d'une profonde tristesse.

« — J'aimerais pouvoir te sortir d'ici, Clarke » affirma Kane « Mais j'ai l'intime conviction que tu me mens et qu'une fois sorti d'ici, tu t'empresseras de faire ce que ton père n'a pas pu faire » Peut-être Clarke lui disait-elle la vérité, peut-être pas ... face à l'incertitude, Kane faisait ce qu'il avait toujours fait « C'est un risque que je ne peux pas me permettre de prendre » répéta-t-il alors.

Si l’anarchie devait prendre possession de l’Arche, Kane savait que la Garde ne serait jamais en mesure de la contenir. Il devait tout faire pour l’éviter et enfermer Clarke était la seule option qui lui permettait de l’empêcher à coup sûr. Le Conseiller aurait voulu que les choses se passent autrement, mais sur ses épaules reposait le poids de la sécurité de l’Arche et ses habitants. C’était un choix qu’il faisait en tout état de cause … à sa manière, Kane protégeait Clarke et Abby. En enfermant Clarke, il empêchait sa tristesse de lui faire faire des choses que sa raison ne lui aurait pas permis de faire. En l’enfermant, il lui donnait du temps pour y réfléchir, pour y réfléchir vraiment ; il lui donnait du temps pour faire le bon choix.

« — Comment être sûr que tu tiendras parole ? » fit remarquer Marcus. Elle venait de lui dire qu’elle ne dirait rien, mais comment pouvait-il en être sûr ? « Donne-moi une seule bonne raison de te faire confiance »

Lui avait-elle prouvé une seule fois qu’elle était digne de confiance ? Pas vraiment. En avait-elle eu un jour l’occasion ? Pas tellement non plus … pourtant, Marcus se méfiait, car c’était dans sa nature. Il se méfiait car, contrairement à Abby, Clarke était pour lui imprévisible. Marcus Kane avait confiance en Abby, mais cette confiance ne s’étendait pas jusqu’à sa fille.


_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Mar 20 Déc - 14:02





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



Clarke ne s'attendait pas à être écoutée. Pourtant ses propos étaient à peine pris en compte. Pourquoi personne n'imaginait jamais le meilleur ? Ce dernier n'était pas un rêve. C'était un but. Et jusqu'ici, personne n'avait essayé de l'atteindre par peur d'échouer. Ce que l'homme disait n'avait pas de sens. Pourquoi les gens se retourneraient-ils contre eux ? Ce serait rendre leur mort plus rapide encore. Le Conseil considérait peut-être le peuple comme idiot, car il se pensait supérieur intellectuellement, mais une haute position dans la société ne signifiait pas une meilleure capacité à prendre des décisions, à mener le peuple. Clarke ne changerait pas d'avis sur l'idée que chaque vie importait. Si on commençait à sacrifier des centaines de vie pour en sauver des centaines d'autres, quel était l'intérêt de sauver ces dernières ? Sauver tout le monde était certainement possible, mais ils ne cherchaient pas à le faire. Ils voulaient se sauver eux, et quelques autres personnes pour pouvoir continuer à dormir la nuit.
Les mâchoires de Clarke se crispèrent sans qu'elle s'en rende compte. Comme si on pouvait vouloir son bien après avoir tué son père. Après lui avoir ordonné de tenir une information si lourde.

- Vous n'êtes qu'un lâche. Vous vous cachez derrière votre statut. Je ne sais pas mieux que vous ce qui va se passer ensuite, mais chaque vie perdue sera à votre compte, tout comme le sang de mon père est sur vos mains.

Garder son calme lui était de plus en plus difficile. Elle le haïssait tant, lui et les autres, et elle-même pour ne pas avoir réalisé plus tôt au combien ce système était mauvais. Elle aurait dû faire quelque chose avant. Elle aurait pu sauver son père. Qu'aurait-elle pu faire ? N'importe quoi. Elle aurait faire n'importe quoi pour le sauver. C'était peut-être une mauvaise chose, mais maintenant qu'ils l'avaient tué, elle ferait n'importe quoi pour se venger. La vengeance était cruelle comparée à l'espoir.
- Vous n'avez aucune raison de me faire confiance, tout comme je ne vous ferai jamais confiance. Tout ce que je dirais ne changerait en rien la situation.
Elle se tourna sur sa chaise, désormais assise de profil, le visage hors de la vue des yeux qui ne cessaient de la fixer. Elle n'en pouvait plus. Cette conversation ne menait à rien. Ses oreilles sifflaient et donnaient l'impression à Clarke qu'elles exploseraient si un seul mot de plus était ajouté par quiconque. Elle retint un sanglot au fond de sa gorge, des larmes coulant silencieusement sur ses joues. Elle voulait qu'il parte. Elle ne pouvait être vue dans cet état-là. Elle était pathétique. Faible. Et il essayait de tirer ceci à son avantage. Il se prétendait bon moralement, mais il tentait actuellement d'endoctriner une enfant. C'est ça, il cherche à me convaincre de le suivre. Mais je connais la vérité. Papa est mort pour la faire taire. Elle n'écouterait plus un mot. Non seulement elle ne le pouvait plus, mais elle ne le voulait pas non plus. Ce qui adviendrait n'importait plus. Pour l'instant, elle voulait juste être seule. Elle aurait peut-être peur plus tard, mais elle ferait tout pour le cacher. Elle devait se montrer courageuse. Comme son père.

© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 

_________________


In the darkness I see. Pain is part of who we are.

Ma femme ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Jeu 22 Déc - 13:19


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

Lorsque Clarke se tourna sur sa chaise, Kane sut qu'il venait de la perdre et qu'il avait échoué ; il le sut aussi sûrement que la nuit précède le jour. Marcus ne se résigna pas pour autant - pas encore - et il tenta une dernière approche. Il savait que rien de ce qu'il pourrait dire n'atteindrait la jeune fille, mais aussi longtemps qu'il aurait quelque chose à répondre, il se devait d'essayer encore et encore. Kane était plein de ressources, mais Clarke, dans son refus catégorique de faire ce qui était pour lui le bon choix, les épuisait petit à petit, comme un feu brûlant sa dernière bûche.

« — Tu as raison, Clarke » répondit le Chef de la garde « Rien de ce que tu pourras me dire ne me fera changer d'avis. Nous avons cela en commun, semble-t-il » ajouta-t-il finalement.

Cette dernière phrase ne serait pas du goût de Clarke et Kane le savait, mais elle aurait beau lui déplaire, elle n'en demeurerait pas moins vraie : sur ce point, les Griffin et Kane n'étaient pas si différents. Marcus tenta d'accrocher une dernière fois le regarde de la jeune fille, cherchant presque désespérément une issue qui ne se présentait pas.

« — Un jour, tu me remercieras d'être aussi prévoyant » affirma Kane « Un jour, peut-être, tu seras toi aussi de l'autre côté, et tu apprécieras alors cet excès de prudence dont je fais preuve »

Encore fallait-il pour cela qu'elle survive. Dans son malheur, Clarke avec de la chance : il lui restait encore du temps, beaucoup de temps pour réfléchir. Enfermée dans cette boite spatiale, qu'aurait-elle à faire de plus ? Isolée pendant presque un an, Marcus espérait la voir changer d'avis. Rien d'autre n'était en mesure de la sauver. Conscient de son échec, Kane se leva. Il se plaça derrière sa chaise et posa ses mains sur le dossier, restant un instant face à Clarke.

« — J'espère que tu changeras d'avis, Clarke » déclara Marcus en toute sincérité « Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour ta mère »

C'était sa dernière carte. Si Kane ne parvenait pas à la faire changer d'avis pour elle, peut-être parviendrait-il à la faire changer d'avis pour sa mère ? Encore une fois, il se devait d'essayer ... Clarke n'avait plus que sa mère, et Abby n'avait plus que sa fille. Elles devaient être fortes l'une pour l'autre et devaient faire les bons choix pour survivre. Abby l'avait compris - du moins le croyait-il - pourquoi Clarke ne pouvait-elle pas le comprendre elle aussi ?

« — Elle vient de perdre son mari, ne lui impose pas la perte de sa fille. Tu es la seule chose qui lui reste, et tu sais que nous n'hésiterons pas à l'exécuter elle aussi si d'aventure elle venait à prendre le même chemin que ton père. Que crois-tu qu'elle fera si on t'exécute ? » lui demanda le Conseiller.

Marcus n'attendait pas de réponse tant elle était évidente, visible et prévisible. Abigail Griffin faisait les bons choix pour sa fille ... sans elle, plus rien ne la retenait. Tout ce qu'elle faisait n'avait qu'un seul but : le bien-être de Clarke. Stratégiquement parlant, Kane se trouvait dans une impasse : il savait que Clarke était la seule raison pour Abby de rester conciliante à l'égard du Conseil ; s'il l'exécutait, Marcus n'aurait plus rien pour la contenir. Le refus de Clarke à entendre raison destinait Kane à sacrifier le seul argument qu'il avait pour convaincre Abby. Cette issue, Kane la voyait arriver et grandir à mesure que le temps passait, et Clarke était la seule à pouvoir l'en empêcher.

« — Je ne tiens pas à en arriver là, alors je te le demande en tout état de cause : réfléchis bien » déclara-t-il enfin.

Kane la suppliait presque, mais quelque chose en lui savait que cela était vain.


Citation :
Aucun soucis, ne t'inquiète pas ! Very Happy
Content que mon interprétation de Kane te plaise, je fais ça avec amour (enfin presque lol)

_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 54 Féminin Nb de Messages : 2676
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Ven 23 Déc - 19:38





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

The name of Pain.Maybe life should be about more than just surviving.



Ils n'avaient qu'une seule chose en commun, et ce dernier se nommait Jake Griffin. L'une lui devait la vie, l'autre la lui avait prise. Clarke n'admettrait aucun autre point commun que celui-là. Elle ne se lierait jamais à l'homme tel qu'elle le tenait en face de lui. Clarke ne put réprimer un soupir. Il le disait lui-même, il ne changerait pas d'avis. Et puisqu'elle ne le ferait pas non plus, alors à quoi bon continuer cette conversation ? Dès le moment où la commande ouvrant les portes du sas d'éjection avait été accionée sur l'ordre de celui qui tentait à présent de raisonner Clarke, tout était déjà perdu. Clarke n'accepterait plus rien. On pouvait lui annoncer la fin du monde que son cœur ne lui ferait pas plus mal. Rien ne semblait pouvoir surpasser cette douleur déchirant actuellement sa poitrine, ni même pouvoir l'apaiser. La jeune femme avait trop perdu trop vite, et l'idée d'une convalescence était présentement impossible pour elle. Il lui fallait du temps. Et il semblait qu'on allait le lui donner. Beaucoup de temps, seule avec les démons de l'Arche et les cauchemars incessants qu'ils lui procureraient.
Elle ne pourrait jamais le remercier pour ça. Pour avoir tué son père. Pour l'avoir éloignée de sa mère. L'avoir enfermée seule dans une cage de métal, comme si l'espace n'était pas déjà une prison assez sombre. Car ce n'était pas de la prudence que d'exterminer et enfermer sa population. Il faisait preuve d'autoritarisme. Les Griffin en étaient une preuve, et Clarke espérait secrètement que sa mère trouverait un moyen de se rebeller. Abby avait un sacré caractère dont Clarke avait en partie hérité, et la blonde n'imaginait pas sa mère rester sans rien faire.

Elle continua d'écouter d'une oreille ce qu'on lui disait en sachant pertinemment qu'elle ne répondrait plus rien. C'était vain. Elle n'avait plus la force de poursuivre ce débat, et puisque son issue se jouait sur le pouvoir, elle perdrait forcément. Elle n'avait aucun pouvoir, aucun moyen d'agir, pas même une minime force de conviction, et cela la désolait d'autant plus. Alors, qu'il parle ! Tant pis. Qu'il la laisse dépérir ici, au fond de sa cellule, puisque cela semblait être son sort, celui déterminé depuis le début. Son destin avait tourné d'une drôle de manière et la jeune femme l'avait accepté. Elle avait tout juste un an pour s'habituer à l'idée qu'elle allait mourir de la même façon que son père. Au moins, elle ne souffrirait plus. Mais pendant les longs mois qui s'écouleraient, elle souffrirait. Et cette idée la terrorisait. Qu'ils la tuent tout de suite s'ils le voulaient tant ! Ils ne le feraient pas. Clarke était encore mineure et, surtout, sa mère était trop influente. Ils attendraient, remueraient le couteau dans la plaie, et espéraient certainement la première erreur d'Abigail Griffin pour éjecter cette dernière avant d'offrir le même sort à sa fille.

Non. Elle ne changerait pas d'avis. Devait-elle le hurler pour qu'il le comprenne ? Non. Son silence était plus évocateur. D'ailleurs, elle arrêta de l'écouter au moment où il commença à parler de sa mère, car elle ne voulait pas que s'ajoute la peur de la perdre à la douleur causée par la perte de son père. Encore un peu et elle s'effondrait sur le sol.
Qu'il parte. Tout de suite.
C'était une véritable torture. La considérait-il au moins comme humaine ? Elle avait besoin d'un moment seule. Il avait décidé de discuter maintenant. Elle avait essayé de tenir la conversation, mais s'en était trop.
Elle restait muette, n'attendant que le départ de l'intrus et son éloignement définitif pour laisser la douleur qui lui enserrait la poitrine éclater, pour qu'enfin elle puisse laisser échapper sa peine avec l'espoir vain de la sentir s'adoucir.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 

_________________


In the darkness I see. Pain is part of who we are.

Ma femme ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t188-rapport-de-missions

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1137
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   Lun 26 Déc - 12:55


The name of Pain
You think our ways are harsh, but that’s how we survive
(2x14)

S’il était resté dans le cœur de Kane un soupçon de doute concernant la réussite ou non de son entreprise, le silence de Clarke se chargea de lui confirmer de manière clairvoyante et sans équivoque combien il avait échoué. Marcus s’y était attendu, mais cela n’allégea en rien la déception qui s’empara un instant de lui. Kane avait appris à prendre du recul et à établir entre lui et les évènements une distance affective et émotionnelle qui l’avait toujours préservé des contrariétés liées au rôle qui était le sien, mais cette distance devenait difficile à tenir lorsque qu’il s’agissait de choses qui le touchaient personnellement. Kane n’avait jamais été véritablement proche d’Abby et encore moins de Clarke, mais les liens qui les unissaient n’en cessaient pas moins d’exister. Les Griffin avaient toujours fait partie du cercle très fermé qui composait les relations de Marcus, et dans ses relations, Kane était un homme loyal … aussi improbable que cela puisse paraître au vu des circonstances. Jake était son ami et pourtant, Marcus l’avait fait tuer … mais avait-il vraiment eu le choix ? Certains prétendaient que oui, mais Kane n’était n’en était pas si sûr. Il ne niait pas ses responsabilités, mais l’affaire concernant Jake avait fait naître en lui un cas de conscience qui l’avait forcé à faire un choix entre deux loyautés. Marcus regrettait d’en être arrivé là, mais il restait persuadé d’avoir fait le bon choix, tout comme il faisait le bon choix en cet instant précis. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir tenté de l’éviter. Aux yeux de Kane, Clarke avait eu plus de chance que son père : contrairement à lui, elle avait eu le choix de changer d’avis … Jake, lui, n’avait pas eu ce privilège. Le Conseil n’avait même pas cherché à négocier avec lui : ils ne lui avaient laissé aucune chance. Jake se serait-il ravisé si cela avait été le cas ? Kane était persuadé que non. Jake n’avait jamais fait dans la demi-mesure et était toujours resté fidèle à ses convictions … exactement comme lui. Sa fille suivait le même chemin, au grand désarrois de Kane.

Non sans jeter un dernier regard vers Clarke, Marcus ne persévéra pas davantage. A quoi bon ? Kane n’avait jamais eu l’occasion d’élever d’enfants, mais il les connaissait un peu. Il connaissait la volonté presque maladive qu’ils avaient de contrarier les adultes, de toujours tester, de toujours chercher. Ils se croyaient seuls contre tous, incompris, isolés, ignorés … Kane n’avait pas le temps pour cela. Il n’avait pas le temps de composer avec les humeurs de Clarke. Cela n’avait peut-être rien à voir en cet instant précis – Clarke ne lui en voulait pas par hasard, elle lui en voulait parce qu’il avait tué son père – mais cette vérité ne jouait cependant pas en sa faveur. Abandonnant un instant sa chaise, Kane partit frapper sur l’unique porte métallique de la pièce. L’instant d’après, les mécanismes magnétiques s’enclenchèrent et la seule issue de la pièce s’ouvrit, laissant apparaître les gardes restés à l’extérieur. Sans un mot, Kane leur passa les chaises qu’il avait lui-même apporté quelques instants plus tôt, délogeant fermement mais sans brusquerie l’uniquement fille d’Abby. Kane la connaissait depuis toujours, depuis qu’elle était née : il l’avait vu grandir et s’épanouir jusqu’à ce point précis. S’il s’était imaginé en venir à là un jour ? Bien sûr que non … personne en réalité. Lorsque les chaises furent évacuées, Marcus se rapprocha de ses hommes, abandonnant derrière lui Clarke et sa rancœur.

« — Suivez le protocole » leur ordonna Kane.

Marcus aurait très bien pu le faire lui-même. Il ne relégua pas cette tâche par paresse mais par égard envers Clarke : il ne voulait pas l’humilier ni blesser davantage son estime. Il était bien la dernière personne qu’elle souhaitait voir et Kane le savait très bien. Juste avant de partir, cependant, le Conseiller ne put s’empêcher de se retourner une dernière fois pour faire face à la jeune fille.

« — Réfléchis bien, Clarke » répéta-t-il encore une fois.

Elle ne l’écoutait plus depuis un moment déjà, malgré tout, Kane la regarda avec insistance, avant de quitter la pièce, dont la porte se referma dans un claquement magnétique. Il laissait le destin de Clarke entre ses propres mains, espérant que le temps aurait raison de son entêtement avant qu’il ne soit trop tard.


Citation :
Rhalala, ce jour-là, ils en auront fait du chemin Rolling Eyes
Du coup merci pour le RP, c'était cool ! On se revoit sur Terre

_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-100-new-earth.com/t44-kane-life-is-about-s

Contenu sponsorisé

INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: [FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] The Name of Pain ft. Clarke Griffin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» blew out their loyalty ▬ Monty
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The 100 : New Earth :: 
₪ LES ARCHIVES ₪
 :: A R C H I V E S :: FLASHBACKS
-
Sauter vers: